Présidentielles 1993

EXTRAIT DU RAPPORT DE L’IFES SUR LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES EN GUINEE DECEMBRE 1993

ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES 1993 - RÉSULTATS FINAUX

 

 La République de Guinée a tenu ses premières élections présidentielles multipartites le 19 décembre 1993. Huit partis politiques ont présenté des candidats. Les élections constituaient l’aboutissement de plus d’un an de débats et de planification entre l’État et les partis d’opposition.

Le 4 janvier 1994, la Cour Suprême de Guinée a avalisé la victoire du président Lansana Conté, avec 51,7% des votes. En annonçant les résultats de l’élection, le président de la Cour Suprême, Lamine Sidimé, a concédé que les élections du 19 décembre n’étaient pas allées sans quelques problèmes techniques. Selon la Cour Suprême, ces problèmes ont abouti à l’annulation des résultats électoraux à Siguiri et Kankan, deux bastions de l’opposition. Toutefois, selon la Cour, ces difficultés ne traduisaient pas une fraude généralisée, ni universelle. Ces         problèmes n’ont pas non plus justifié un deuxième tour électoral dans les 33 préfectures guinéennes, ni les cinq communes de Conakry.

L’opposition n’a pas reconnu le caractère ouvert et transparent des élections, ni l’obtention par le président de plus de 50% des voix au premier tour. Les résultats électoraux provisoires ont été    transmis (par circonscription) par radio, téléphone, télécopieur et coursier à la Commission nationale de recensement des votes (CNR), siégeant au Palais du Peuple.

Les décomptes provisoires à 19h00 le 22 décembre 1993 indiquaient que le président Conté bénéficiait de 44,92% des voix (939.814 votes), suivi de Alpha Condé, avec 26,43% (soit 552.983 votes), en troisième Mamadou Ba avec 12,84% (soit 268.599 votes), et serré de près par Siradou Diallo avec 11,88% (soit 248.522 votes).

À 19h00, 37 des 38 circonscriptions électorales avaient été décomptées. D’un point de vue mathématique, il semblait fort possible qu’il y ait un second tour entre le président Conté et Alpha Condé. La commune de Ratoma, dernière circonscription non décomptée, regroupait 111.911 électeurs inscrits. Pendant son observation de la procédure de décompte local des votes, l’adjoint du maire a informé l’IFES que près de 50% des bureaux de vote de Ratoma n’étaient pas fonctionnels le jour des élections. En d’autres termes, près de la moitié des électeurs admissibles ont été en mesure de participer aux élections, c’est-à-dire 56.000 électeurs (si l’on présume une participation électorale de 100% des électeurs en mesure de voter).

Au niveau international, il restait encore à enregistrer les résultats de plusieurs ambassades guinéennes à l’étranger. Toutefois, le nombre total de votes non décomptés n’était pas suffisamment important pour influer les résultats relevés pour les deux principaux candidats.

La CNR a effectué une courte pause jusqu’à 22 h 00, heure à laquelle l’on prévoyait de recevoir les résultats de Ratoma. Mais, à 22 h 00, le secrétaire général du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, et le président de la CNR, M. Fofana, a déclaré l’ajournement de cette dernière jusqu’à 9 h 00 le 23 décembre, le lendemain. Il a été demandé aux représentants des partis politiques et tous les particuliers n’appartenant pas à la Commission nationale du recensement de quitter le Palais du peuple.

En partant, il leur a été dit qu’aucun résultat provisoire ne serait annoncé avant 9 h 00, le 23 décembre, une fois que les résultats des circonscriptions restantes auraient été transmis et leurs calculs vérifiés.

La veille au soir, il avait été annoncé dans les médias parlés que les résultats provinciaux disponibles à 22 h 30 le 22 décembre seraient annoncés publiquement par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Alseny Réné Gomez, à 23 h 00 le 22 décembre.

L’heure prévue à cet effet passa. A la suite de trois heures de vagues émissions de voyage et de groupes de danses folkloriques, le ministre de l’Intérieur parut à la télévision, entouré des membres de la presse nationale et internationale, de militaires et de responsables ministériels.

Il était 1 h 00, le 23 décembre 1993. D’une voix éteinte, le ministre de l’Intérieur procéda à la lecture des résultats électoraux provisoires de chaque candidat :

50,93 % pour Lansana Conté (1.085.976 voix),

20,5% pour Alpha Condé (44.695),

13,11 % pour Mamadou Ba (279.603),

11,64% pour Siradou Diallo (248.379),

1,37% pour Faciné Touré (29.297),

0,91 % pour Jean Marie Doré (19.560),

0,60% pour Mohamed Mansour Kaba (12.956),

et 0,54% pour Elhadj Ismaila Mohamed Ohassim Ghussein (11. 701).

Le ministre informa les personnes présentes de l’annulation des résultats de la préfecture de Siguiri, en raison d’irrégularités signalées par les Il autorités du bureau du gouverneur de la Haute Guinée « . Dès cette déclaration, l’on joua 1’hymne national, mettant fin à la diffusion des émissions radio-télévisées.

La International Foundation for Electoral Systems est convaincue de l’incidence positive de ses activités pré-électorales en Guinée sur le processus électoral. Les événements intervenus entre 19h 00 le 22 décembre et 1 h 00 le 23 décembre, ne relèvent pas de la portée des programmes de formation des employés électoraux, ni d’assistance technique électorale. Le procédé de traitement secret des résultats électoraux adopté par l’État indique l’incertitude de sa résolution quant à la tenue d’élections ouvertes et transparentes. L’État n’a pas tenté d’élucider l’annulation des résultats de Kankan et de Siguiri, ni d’enquêter sur les anomalies de décompte à Dubréka, Boké, Kindia, Forécariah, N’Zérékoré, ni Guékédou. En se fondant sur les informations fournies aux collaborateurs et aux experts-conseils de l’IFES, et à d’autres techniciens électoraux internationaux présents en Guinée lors des élections, l’on peut conclure que les élections présidentielles de 1993, avalisées par la Cour Suprême, sont frauduleuses et ne reflètent pas les résultats électoraux réels, ni la volonté du peuple guinéen

Lansana Conté a pris ses fonctions de président de la troisième république guinéenne le 29 janvier 1994.

Les élections législatives guinéennes sont prévues officiellement pour le dernier semestre 1994. Aucune date précise n’a été annoncée. Le gouvernement de M. Conté a encore la possibilité de prouver qu’il est susceptible de tenir des élections ouvertes et transparentes.

À l’heure actuelle, la collectivité internationale étudie les possibilités, ou leur absence, d’assistance technique de suivi, à offrir à la Guinée pour les élections législatives. Il est essentiel que cette assistance de suivi soit assujettie à des modifications de procédure de l’administration électorale en Guinée. Quelques exemples de programmes et d’initiatives pouvant illustrer la disposition de l’État à mener la Guinée et ses citoyens à un système démocratique, participatif et multipartite : octroi de l’autorité décisionnelle à la commission électorale nationale, rectification par cette dernière des anomalies de procédure de la loi électorale guinéenne, révision des listes électorales et respect des dates limites légales pour la distribution des listes et des cartes d’électeurs, élaboration d’une capacité nationale de suivi électoral grâce à la participation des groupes civiques locaux, et l’exécution opportune d’un programme d’information civique des électeurs, destiné aux populations alphabètes et analphabètes.

Source: International Foundation for Electoral Systems (IFES)

Auteur: International Foundation for Electoral Systems (IFES)

ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES 1993: RÉSULTATS FINAUX
Résultats finaux des élections selon le ministère des Affaires étrangères signalés
Description Conakry Préfectures Étranger TOTAL
Inscrits 480,597 2,312,307 57,49 2,850,394
Votants 196,626 2,019,686 20,114 2,236,426
Nuls 2,052 151,45 84 153,586
Viables 194,574 1,868,236 20,03 2,082,840
Taux de participation 40.49% 80.80% 34.84% 73.07%
Taux selon le ministère des Affaires étrangères 40.91% 87.34% 34.97% 78.46%
Ventilation par candidat
Partis politiques Conakry Préfectures Étranger TOTAL Taux
PUP 138,528 929,505 8,984 1,077,017 51.71%
RPG 22,745 381,643 2,833 407,221 19.55%
UNR 20,95 252,018 5,67 278,638 13.38%
PRP 5,747 239,574 1,779 247,1 11.86%
UNPG 1;998 26,867 401 29,266 1.41%
Dyama 647 12,117 126 12,89 0.62%
PDG-RDA 903 10,697 96 11,696 0.56%
UPG 3,06 15,806 141 19,007 0.91%
TOTAL 194,578 1,868,227 20,03 2,082,835 100.00%