đŸ‡ČđŸ‡ŒMALAWI đŸ—łïž | La PrĂ©sidente de la Commission Électorale du Malawi (MEC), Dr Jane Ansah dĂ©missionne

La prĂ©sidente contestĂ©e de la Commission Ă©lectorale du Malawi (MEC) Jane Ansah a annoncĂ© jeudi soir sa dĂ©mission, un mois avant lâ€˜Ă©lection prĂ©sidentielle prĂ©vue aprĂšs l’annulation pour fraudes de la rĂ©Ă©lection de Peter Mutharika.

L’opposition et la sociĂ©tĂ© civile rĂ©clamaient depuis des mois le dĂ©part de Mme Ansah, qu’elles accusent d’avoir couvert les irrĂ©gularitĂ©s qui ont permis la victoire du chef de l’Etat sortant.

Au pouvoir depuis 2014, Peter Mutharika, 79 ans, a Ă©tĂ© rĂ©Ă©lu en mai 2019 pour un second mandat dĂšs le premier tour de scrutin, crĂ©ditĂ© par la MEC de 38,5% des voix contre 35,4% au chef de l’opposition Lazarus Chakwera.

J’ai exercĂ© mes fonctions en gardant les mains propres, je n’ai pas de cadavres dans mon placard

En février dernier, la Cour constitutionnelle a créé la surprise en annulant la victoire de M. Mutharika pour fraudes et ordonné un nouveau scrutin.

Saisie par le sortant, qui a niĂ© toute irrĂ©gularitĂ©, la Cour suprĂȘme d’appel a confirmĂ© cette dĂ©cision dĂ©but mai.

J’ai Ă©crit Ă  l’autoritĂ© qui m’a nommĂ©e (le prĂ©sident) pour l’informer que j’avais dĂ©cidĂ© de quitter mes fonctions,

a annoncé Mme Ansah à la radiotélévision nationale MBC.

La patronne dĂ©missionnaire de la MEC a une nouvelle fois niĂ© avoir couvert une quelconque fraude lors du scrutin de l’an dernier.

J’ai exercĂ© mes fonctions en gardant les mains propres, je n’ai pas de cadavres dans mon placard,

a-t-elle insisté,

je m’en vais heureuse.

Mme Ansah a expliquĂ© qu’elle quittait ses fonctions par respect de la dĂ©cision de la Cour suprĂȘme d’appel, dont elle est magistrate.

Son départ intervient alors que la société civile avait annoncé une nouvelle journée de manifestations pour obtenir son départ la semaine prochaine.

Initialement prĂ©vu le 2 juillet, le nouveau scrutin prĂ©sidentiel devrait ĂȘtre, sur proposition de la MEC, avancĂ© au 23 juin, malgrĂ© la pandĂ©mie de coronavirus.

©AFP

Vous pourriez aussi aimer

Comments are closed.